Archive pour la catégorie ‘Commission Communication’

Le 4 Octobre 2012, le Maire de la Faute sur Mer, René Marratier est convoqué devant le tribunal des Sables d’Olonne pour prise illégale d’intérêt.

Cette audience fait suite à une enquête différente de celle confiée au Juge d’instruction pour la recherche de responsabilités concernant le drame de la tempête Xynthia .

L’AVIF (association des victimes des inondations de la Faute sur Mer) n’ayant pas déposé plainte avec constitution de partie civile dans cette affaire, il ne nous appartient pas de commenter à l’avance cette convocation.

Nous souhaitons éviter tout amalgame qui pourrait aboutir à une confusion dans les esprits.

Nous resterons bien sûr attentifs aux suites de cette affaire judiciaire

Le président
Renaud Pinoit

Afin de faire passer un géomètre chez vous suite aux PPRI locaux, veuillez télécharger et imprimer la fiche ci dessous et suivez les instructions qui sont dessus.

Fiche géomètre (PDF)

Nous  vous rappelons que seuls les adhérents de l’AVIF peuvent bénéficier de cette possibilité.

Nous vous remercions d’avance.

Chers amis,

Les PPRI de La Faute et de l’Aiguillon ont été approuvés par le Préfet et les textes publiés le 2 août 2012.

Vous pouvez en prendre connaissance sur notre site internet asso-avif.com (ci-dessous) ou vous rendre en mairie pour les consulter.

Lors de la concertation du projet de PPRI, l’AVIF a toujours eu pour priorité la défense de ses adhérents face à des propositions qui lui semblaient inadaptées et cela dans le respect de la sécurité des personnes et des biens.

Les représentants de l’AVIF ont donc travaillé avec attention sur ces documents.

Il en ressort que notre Association a obtenu satisfaction sur de nombreux points :

  • élévation du niveau de la mer ramenée à 0,60 cm d’ici 2100,

  • prise en compte du niveau de seuil habitable et non plus du niveau de terrain,

  • possibilité de reconstruction sauf dans le cas où le sinistre est lié aux inondations,

  • contraintes allégées dans le cas de difficultés techniques pour l’étage ou la zone refuge. La surface du refuge et la cote plancher ont été ramenées à un niveau raisonnable

  • possibilité d’une extension liée à la mise en sécurité,

  • mise en place, par la Préfecture, d’une cellule technique pour conseiller les particuliers.

1 Le zonage

Il est déterminé en fonction de la cote naturelle du terrain, de la distance aux ouvrages de protection, de la dynamique de submersion (zone R2 à l’Aiguillon) et de l’appartenance au centre ancien (zone B2 à La Faute sur mer).

Vous trouverez les détails pages 24 et 25 de la notice de présentation.

Toute contestation de ce zonage devra se faire à titre personnel au Tribunal Administratif, l’AVIF n’intervenant que pour un conseil ou la mise en relation avec un géomètre (voir plus loin alinéa 2).

2 Travaux et mesures prescrits sur les biens existants

Les travaux de réduction de vulnérabilité étant limités à 10 % de la valeur actuelle du bien, la priorisation des travaux revient au propriétaire (page 10 du règlement).

ATTENTION :

Le niveau de prescription qui est appliqué à chaque bien existant prend en compte la cote du premier niveau et ne dépend pas de la zone dans laquelle ce bien est situé (page 29 du règlement).

Pour connaître les mesures adaptées à votre cas il est donc indispensable de connaître cette cote de premier plancher.

En septembre 2010 nous vous avions proposé un tarif groupé préférentiel auprès du cabinet de géomètre SCP Siaudeau-Bourgouin.

Nous proposons à nouveau ce service à nos adhérents.

Pour la somme de 83,72 € TTC ( 70 € HT), les relevés seront effectués en deux ou trois points de l’habitation (seuil habitable, niveau deuxième plancher, faitage ….). Pour certaines mesures il faudra permettre l’accès à l’intérieur de l’habitation.

Vous pouvez nous joindre par internet à l’adresse contact@lafautesurmer.net ou par téléphone au 06 87 01 94 11

Il est également important de retenir les points suivants :

  • les prescriptions auxquelles vous êtes soumis sont à réaliser obligatoirement dans les cinq ans. Un manquement peut être puni de sanctions pénales et peut entrainer la résiliation de votre assurance

  • si la construction des zones ou niveaux refuge ne respecte pas les critères du PPRI, vous serez responsable au même titre que l’entrepreneur ayant effectué les travaux et que l’organisme vous ayant délivré à tort l’autorisation de travaux.

Il est donc indispensable de rester vigilant sur ces critères et sur l’entreprise choisie.

  • Certaines mesures ont été assouplies pour les zones refuges. Une sous-pente correctement aménagée peut suffire, d’où la nécessité d’un relevé de géomètre expert (pages 23 et 24 du règlement).

3 La position de l’AVIF face au PPRI

En avril 2010, notre Association a été la seule à attaquer l’Etat au Tribunal Administratif sur la définition des zones noires.

Aujourd’hui, la contestation du PPRI ne nous semble pas opportune face à l’urgence de garantir la sécurité des personnes.

Le rôle de l’AVIF n’est pas de contester globalement ce document lié à la prévention des risques.

Nous vous aiderons dans la compréhension des prescriptions attachées à votre bien et dans les démarches à accomplir. Dans ce sens, la première étape est, redisons-le, de connaître la cote de votre premier niveau d’habitation.

Nous agirons également pour que la cellule technique promise par la Préfecture soit mise en place rapidement et efficacement.

Parallèlement, tout au long des mois à venir nous continuerons notre lutte pour que les travaux sur les ouvrages de protection soient rapidement menés à bien car c’est une priorité pour la sécurité de tous.

N’oublions pas que, tant que les digues sont considérées comme transparentes, aucune révision du PPRI ne pourra être envisagée.

Cordialement,

Le Président Renaud Pinoit

Annexes :

Dossier_Presse_PPRI_La_Faute-sur-Mer L_Aiguillon-sur-Mer

Notice_de_presentation La Faute sur Mer

Notice_presentation_Annexe1 La Faute sur Mer

Notice_presentation_Annexe2 La Faute sur Mer

Alea_Planche1 La Faute sur Mer

Alea_Planche2 La Faute sur Mer

Zonage_reglementaire_Planche1 La Faute sur Mer

Zonage_reglementaire_Planche2 La Faute sur Mer

Reglement La Faute sur Mer

PS: N’oubliez pas de préparer vos paniers et parasols pour la rencontre pique nique de demain à partir de midi

Profitons des deux mois d’été pour nous revoir en toute convivialité à l’occasion de deux pique-niques.

Préparez vos paniers et parasols pour

le dimanche 22 juillet et le dimanche 19 aout 

à partir de midi

Le lieu de rendez-vous reste inchangé : à l’intersection de la route de la Pointe d’Arçay et du chemin des Pensées.

Pour info: l’emplacement de la plaque a été nettoyé, la banderole retendue.

Nous avions réunion ce matin avec Monsieur Schmeltz Préfet de Vendée afin de trouver un consensus entre la mairie de La Faute sur Mer, L’Etat, Les Associations Artistes pour Xynthia et l’AVIF au sujet de l’emplacement de la stèle commémorative.

Il est apparu que cette réunion ne pouvant se terminer sur un accord entre les différentes parties, une nouvelle réunion sera organisée sous 15 jours sur le site de la commune afin d’étudier toutes les  possibilités d’implantation.

Seront conviés à cette réunion les représentants des victimes, les victimes, les services de l’Etat ainsi que des représentants non élus de la commune.

Nous souhaitons trouver un accord suite à cette rencontre.

Vous pouvez le télécharger en cliquant sur le lien suivant :

AG 2012

Nous vous présentons toutes nos excuses pour le retard

Lieu de souvenir

La catastrophe Xynthia a emporté la vie de 29 personnes dans notre commune le 28 février 2010.

Plus de deux ans se sont écoulés et il n’y toujours aucun lieu de mémoire digne de ce nom.

L’association Artistes pour Xynthia regroupant les familles de victimes a récolté, grâce à la générosité de nombreux peintres, les fonds nécessaires à l’édification d’une stèle.

Le Maire refuse l’installation de ce monument sur un terrain proche du lieu de la catastrophe.

L’Etat se retranche derrière les décisions de cet élu qui ignore le dialogue avec les familles endeuillées.

En conséquence, l’Association des Victimes des Inondations de La Faute sur Mer (AVIF) et l’association Artistes pour Xynthia ont pris la décision d’occuper cette parcelle proche du lieu du drame et appartenant à l’état pour en faire un lieu de recueillement afin que jamais ne soient oubliées les personnes qui ont tant souffert cette nuit de tempête.

Vous pouvez télécharger la lettre info N°8 de l’AVIF en cliquant sur le lien suivant

lettre-info8  Format PDF

Ainsi que la convocation à l’assemblée générale du 7 Avril 2012

convocation AG Format PDF

 

Des représentants de l’AVIF ont été reçus le 22 février 2012 par Monsieur Bernard Schmeltz, Préfet de Vendée.

 

Nous lui avons fait part de nos inquiétudes sur les travaux  à entreprendre d’urgence sur les ouvrages de protection.

A La Faute sur Mer, le propriétaire de la digue EST est maintenant à la commune. Le Préfet a insisté sur le fait que c’est la municipalité qui est juridiquement responsable de cet ouvrage et que c’est  donc elle qui est en charge du choix des urgences à traiter. La Préfecture ne peut intervenir qu’en cas de manquement grave mettant en cause la sécurité.

 

D’autre part, un arrêté de novembre 2011 fait obligation de publier des rapports de surveillance des ouvrages et la Préfecture restera attentive au respect de ces textes.

 

En ce qui concerne la protection à La Belle Henriette, l’Etat étant propriétaire d’une portion de l’ouvrage, des études sont en cours. La construction d’une digue de second plan au niveau du Platin sera certainement privilégiée car le cordon dunaire reste fragile et sujet à modifications. Ce projet doit s’inscrire dans le PAPI du Syndicat Mixte du Bassin du Lay qui n’est pas encore finalisé.

 

Les services de l’Etat étudient actuellement la possibilité de reprendre le tracé de l’ancienne digue au niveau de l’ex-camping municipal.

 

En ce qui concerne le PPRI, le Préfet est conscient de l’urgence de son approbation. Les remarques de la commission d’enquête doivent toutefois  être prises en compte sans que cela puisse aboutir à une nouvelle concertation qui retarderait l’approbation du document.

 

Le rapport des commissaires enquêteurs au sujet de la DUP d’expropriation devrait être connu rapidement et la décision prise courant avril. Monsieur le Préfet a beaucoup insisté sur le fait que la Vendée était soumise aux mêmes règles que la Charente Maritime. Il a rappelé qu’en novembre 2010, de nombreuses habitations étaient sorties de la zone de solidarité à La Faute et à l’Aiguillon à la suite du rapport de Messieurs Pitié et Puesch. En Charente Maritime, c’est le même processus qui a permis de réduire le nombre de déconstructions avec  un décalage dans le temps.

 

Pour les terrains nus situés en zone de solidarité et non rachetés par l’Etat, rien n’est prévu pour le moment. Ils ne peuvent entrer dans le cadre de la « loi Barnier » mais il n’est pas impossible qu’il soient rachetés à l’amiable dans le cadre d’un projet global sur la zone.

Il reste à régler le problème des voieries dans ce secteur.

 

Nous avons eu l’assurance que l’Etat veillera à ce que ces terrains ne restent pas en friche et qu’un aménagement soit mis en place afin qu’ils ne soient pas occupés illégalement. Certains projets sont envisagés par les collectivités et seront étudiés par les services de l’Etat.

 

Nous voilà déjà arrivés à la deuxième année qui suit cette tempête qui nous a anéantis. Je ne réalise pas cette fuite du temps j’ai toujours l’impression que c’était hier.

29 personnes de nos familles nous ont disparus lors cette la nuit du 27.28 et aujourd’hui nous voudrions leur rendre hommage sincère. Nous commençons à sortir de notre léthargie et réalisons ce qui leur est arrivé. Nous ne l’acceptons pas, notre douleur est profonde « notre besoin de consolation est impossible à rassasier ».

Nous avons tout perdu nos proches, nos souvenirs et nos maisons, vous avez tous été concernés à des étapes différentes et le traumatisme est toujours présent, il nous faut apprendre à vivre avec.

Loin des polémiques, nous nous recueillons devant cette banderole en attendant qu’un monument et un endroit digne de ce nom soit érigé à la mémoire de nos disparus, afin de perpétuer ce drame qui nous a touchés et entretenir cette culture du risque qui me semble encore bien mal acquise pour les générations futures. Nous refusons le déni.

Ce monument source de mémoire et source de conflits (nul n’est prophète en son pays) deviendra une œuvres collective voulu par les familles des artistes peintres ont eu la délicatesse de nous faire don de certaines de leur œuvres afin d’apporter leur écho à cette stèle du souvenir et nous les en remercions.

Cette journée est une journée de recueillement aussi je vous souhaite à tout l’apaisement aux familles qui n’ont pu se déplacer et à vous ici présents familles et amis qui nous ont soutenus et aidés.