Archive pour mars 2012

Vous pouvez télécharger la lettre info N°8 de l’AVIF en cliquant sur le lien suivant

lettre-info8  Format PDF

Ainsi que la convocation à l’assemblée générale du 7 Avril 2012

convocation AG Format PDF

 

Des représentants de l’AVIF ont été reçus le 22 février 2012 par Monsieur Bernard Schmeltz, Préfet de Vendée.

 

Nous lui avons fait part de nos inquiétudes sur les travaux  à entreprendre d’urgence sur les ouvrages de protection.

A La Faute sur Mer, le propriétaire de la digue EST est maintenant à la commune. Le Préfet a insisté sur le fait que c’est la municipalité qui est juridiquement responsable de cet ouvrage et que c’est  donc elle qui est en charge du choix des urgences à traiter. La Préfecture ne peut intervenir qu’en cas de manquement grave mettant en cause la sécurité.

 

D’autre part, un arrêté de novembre 2011 fait obligation de publier des rapports de surveillance des ouvrages et la Préfecture restera attentive au respect de ces textes.

 

En ce qui concerne la protection à La Belle Henriette, l’Etat étant propriétaire d’une portion de l’ouvrage, des études sont en cours. La construction d’une digue de second plan au niveau du Platin sera certainement privilégiée car le cordon dunaire reste fragile et sujet à modifications. Ce projet doit s’inscrire dans le PAPI du Syndicat Mixte du Bassin du Lay qui n’est pas encore finalisé.

 

Les services de l’Etat étudient actuellement la possibilité de reprendre le tracé de l’ancienne digue au niveau de l’ex-camping municipal.

 

En ce qui concerne le PPRI, le Préfet est conscient de l’urgence de son approbation. Les remarques de la commission d’enquête doivent toutefois  être prises en compte sans que cela puisse aboutir à une nouvelle concertation qui retarderait l’approbation du document.

 

Le rapport des commissaires enquêteurs au sujet de la DUP d’expropriation devrait être connu rapidement et la décision prise courant avril. Monsieur le Préfet a beaucoup insisté sur le fait que la Vendée était soumise aux mêmes règles que la Charente Maritime. Il a rappelé qu’en novembre 2010, de nombreuses habitations étaient sorties de la zone de solidarité à La Faute et à l’Aiguillon à la suite du rapport de Messieurs Pitié et Puesch. En Charente Maritime, c’est le même processus qui a permis de réduire le nombre de déconstructions avec  un décalage dans le temps.

 

Pour les terrains nus situés en zone de solidarité et non rachetés par l’Etat, rien n’est prévu pour le moment. Ils ne peuvent entrer dans le cadre de la « loi Barnier » mais il n’est pas impossible qu’il soient rachetés à l’amiable dans le cadre d’un projet global sur la zone.

Il reste à régler le problème des voieries dans ce secteur.

 

Nous avons eu l’assurance que l’Etat veillera à ce que ces terrains ne restent pas en friche et qu’un aménagement soit mis en place afin qu’ils ne soient pas occupés illégalement. Certains projets sont envisagés par les collectivités et seront étudiés par les services de l’Etat.

 

Nous voilà déjà arrivés à la deuxième année qui suit cette tempête qui nous a anéantis. Je ne réalise pas cette fuite du temps j’ai toujours l’impression que c’était hier.

29 personnes de nos familles nous ont disparus lors cette la nuit du 27.28 et aujourd’hui nous voudrions leur rendre hommage sincère. Nous commençons à sortir de notre léthargie et réalisons ce qui leur est arrivé. Nous ne l’acceptons pas, notre douleur est profonde « notre besoin de consolation est impossible à rassasier ».

Nous avons tout perdu nos proches, nos souvenirs et nos maisons, vous avez tous été concernés à des étapes différentes et le traumatisme est toujours présent, il nous faut apprendre à vivre avec.

Loin des polémiques, nous nous recueillons devant cette banderole en attendant qu’un monument et un endroit digne de ce nom soit érigé à la mémoire de nos disparus, afin de perpétuer ce drame qui nous a touchés et entretenir cette culture du risque qui me semble encore bien mal acquise pour les générations futures. Nous refusons le déni.

Ce monument source de mémoire et source de conflits (nul n’est prophète en son pays) deviendra une œuvres collective voulu par les familles des artistes peintres ont eu la délicatesse de nous faire don de certaines de leur œuvres afin d’apporter leur écho à cette stèle du souvenir et nous les en remercions.

Cette journée est une journée de recueillement aussi je vous souhaite à tout l’apaisement aux familles qui n’ont pu se déplacer et à vous ici présents familles et amis qui nous ont soutenus et aidés.

 

Chers Amis

Nous sommes réunis nombreux aujourd’hui afin de rendre hommage aux victimes de la tempête Xynthia du 28 février 2010 et je vous en remercie.

Des parents, des enfants, de la famille, des proches, des amis sont disparus ce jour sinistre et il est impossible pour nous et je l’espère pour les générations futures d’oublier ce qui c’est passé.

Nous connaissions tous à la Faute sur Mer au moins une personne disparue ce jour.

Nous avons tous souvenir avec au moins l’un d’entre eux, d’un petit bonjour, d’une discussion au détour d’une rue, d’une partie de pétanque, d’une soirée chez l’un ou chez l’autre, de soir de noël ou d’anniversaire en famille.

Ces souvenirs resterons gravés à jamais dans nos esprits et c’est important pour que chacun fasse son deuil, mais il nous manque aujourd’hui ce qui peut paraitre futile pour certains mais essentiel pour nous, un lieu de recueillement.

C’est pour cette raison que l’AVIF a demandé à plusieurs reprises un espace à la commune, que nous souhaitons aménager avec l’association Artistes pour Xynthia afin d’avoir enfin une stèle à la mémoire des 29 disparus.

Actuellement toutes nos démarches dans ce sens sont restées sans réponse, nous avons aussi fait la demande auprès des autorités locales d’une concession au cimetière de La faute sur Mer au nom de l’association afin qu’en attendant la stèle, nous puissions y déposer la plaque commémorative faite l’année dernière.

Cette demande ne nous a pas encore été accordée.

Cette année, comme vous le savez, nous avons aussi essuyé un refus catégorique de la part du représentant de l’église locale de faire un office religieux du souvenir.

Ne pouvant offrir ce que nous n’avons pas, c’est pour cette raison que la commémoration de cette année se fera uniquement devant cette banderole hautement symbolique et en ces malheureux lieux.

Il est grand temps pour nous d’avoir un emplacement digne des disparus qui sera fleuri et entretenu par les familles, amis, et associations.

Je vais vous demander maintenant si vous le souhaitez de déposer au pied de la banderole les fleurs que vous avez gentiment apportées.

Je vais aussi vous demander symboliquement de tous vous donner la main et pour

Germaine, Pierre, Ismaël, Camil, Nora, Yamina, Maryvonne, Mélanie, René, Simone, Bernard, Jean, Berthe, Gilbert, Roger, Louisette, Gérard , Magguy, Yvonne, Suzanne, Raphaël, Francis, Nicole, Christiane, Patrice, Muriel, Jeanine, Santo et Paulette disparus trop tôt nous allons observer une minute de silence.

Lors de la venue le 1er mars 2010 du Président de la République Nicolas Sarkozy, lui même a dit je cite « Aujourd’hui c’est le temps de l’urgence, qu’on enterre ces morts, qu’on console ces familles et qu’on marque un moment de dignité. »

Nous pouvons vous assurer que les membres de l’association que je représente feront dans le futur ce que nous nous devons de faire, rendre dignité à cette commémoration qu’on s’efforce de refuser localement.

Nous mettrons tout ce que nous avons d’énergie et de patience afin d’obtenir que ce qu’on attribue d’office et rapidement ailleurs, puisse être obtenu avec grande difficulté ici à la Faute sur Mer.

Une nouvelle fois je vous remercie d’être présent ce jour, amis , élus et représentants d’associations.

Je vais maintenant donner la parole à Élisabeth Tabary présidente de l’association Artistes pour Xynthia.

Merci à tous

 

Précision: Corinne Lepage, notre avocate sera présente le vendredi 9 Mars aux Sables d’Olonne pour assister à la réunion organisée par le Juge d’Instruction et le Procureur de la République à destination des parties civiles dans l’affaire Xynthia.

 

voir http://www.asso-avif.com/2012/01/23/reunion-aux-sables-dolonne-avec-le-juge-dinstruction-et-le-procureur/ pour plus de détails