Archive pour octobre 2011

 

Cette réunion a eu lieu mardi 25 octobre.

 

Les commissaires nous ont informés de la façon dont ils procéderaient :

 

–  dans un délai très court (environ une semaine) après la fin de l’enquête publique, ils remettront à la DDTM un procès verbal d’enquête. Ce sera un questionnement sur les points litigieux qui seront apparus au court de l’enquête ou sur les points obscurs demandant éclaircissement.

–  La réponse du maître d’ouvrage à ces questions ne devrait pas excéder une quinzaine de jours

–  Les commissaires enquêteurs publieront ensuite leur rapport étayé par leurs observations et les réponses données à leurs questions. A ce rapport seront annexés  les diverses remarques écrites remises par les habitants, les municipalités et les associations. Afin que le plus grand nombre puisse se tenir informé, ce rapport sera publié sur internet.

–  Après les remaniements d’usage tenant compte de l’avis des commissaires enquêteurs, le Préfet prendra un arrêté d’approbation du PPRI.

 

Afin de mener à bien leur travail et de satisfaire vos demandes légitimes, ils ont besoin de connaître les problèmes spécifiques qui sont les vôtres. N’hésitez pas à venir les rencontrer, ils seront à votre écoute.

 

–  Même si vous l’avez déjà donnée à la Préfecture, il faut déposer à nouveau votre demande lors de l’enquête publique.

–  Venez avec des éléments concrets : votre relevé de niveau par le géomètre par exemple. Les commissaires demandent des indications précises.

– Leur étude se fera globalement en ce qui concerne la méthodologie mais deviendra parcellaire pour les cas particuliers qui posent problème.

 

Nous avons également obtenu l’assurance que ce PPRI pourrait être modifié dès que les travaux sur les ouvrages de protection seraient réalisés. Cela existe déjà dans les régions à risque d’inondation fluviale.

 

Une raison de plus pour exiger des digues en bon état qui doivent non seulement assurer la sécurité de tous mais également permettre à vos biens de retrouver leur valeur.

 

 

Le Président de l’AVIF, reçu au ministère de l’Ecologie et du développement durable en juin 2011, s’est de nouveau inquiété, par courrier du 31 juillet, de l’état de la digue EST de La Faute sur Mer.

 

Madame la Ministre a répondu :



.

Le 9 septembre, des représentants de l’AVIF ont été reçus par monsieur Retailleau , Président du Conseil Général de Vendée, en présence de Messieurs Gauducheau et Griffon.

Ils ont longuement évoqué la situation fautaise et, en particulier, l’urgence des travaux à faire sur les digues de La Faute et l’Aiguillon.

 

Monsieur Retailleau nous a, à cette occasion,  confirmé l’intérêt du CG pour les problèmes de sécurité. Il a présenté à Noirmoutier le 22 septembre un Plan de Submersion Rapide ( PSR) qui a été voté à la Roche sur Yon le 23 septembre 2011.

 

Monsieur Retailleau, Monsieur Gauducheau, Monsieur et Madame Anil le 23 septembre

Monsieur Retailleau, Monsieur Gauducheau, Monsieur et Madame Anil

le 23 septembre 2011

Monsieur et Madame Anil, invités à assister à la réunion, sont les seuls représentants des deux communes dans la tribune réservée au public.

Les maires des communes littorales (environ 70) ont préparé des dossiers d’étude pour les travaux sur les digues. Après quelques échanges de points de vue, le président insiste sur le fait que la sécurité n’est ni de droite ni de gauche. Le projet portant sur 130 millions d’euros est alors adopté à l’unanimité.

Le sénat a voté une « petite loi » pour que les 40% du fonds Barnier soient accessibles dès la prescription d’un PPRI (sans attendre qu’il soit approuvé). Messieurs D.Souchet et M.Léonard, députés, défendront le dossier à l’Assemblée.